Ultra – Montres et mouvements de France

Lorsqu’il est question de mouvements de montres, seuls quelques amateurs de montres pensent immédiatement à la France. Cependant, ceux qui ont déjà étudié les mouvements mécaniques sont familiers avec certains fabricants de mouvements français bien connus tels que France Ebauches, LIP, Lorsa ou Parrenin. Le fabricant Ultra de Besançon, en revanche, est largement inconnu.

L’histoire d’Ultra remonte à 1911, lorsque la société horlogère Geismar & Cie de Besançon dépose la marque Ultra. Après la faillite de l’entreprise, elle a été reprise par Paul Maillardet & Fils en 1937.

[Source : inconnu]
L’objectif était de créer une manufacture de montres qui produisait également des mouvements. La Compagnie Industrielle Horlogère a été fondée dans ce but. Afin de donner à la marque Ultra sa propre identité en tant que manufacture, Ultra SARL a ensuite été fondée en 1946 avec son siège à Morteau, en France. Cependant, la production était située dans l’ancien moulin de Tarragnoz à Besançon.

[Source : inconnu]

Les mouvements des montres de poche

Voyons maintenant les mouvements d’Ultra, tout d’abord les mouvements des montres de poche.

Le premier mouvement, l’Ultra 364, est répertorié dans un catalogue Geismar de 1933. Le diamètre donné ici est de 16´´´. (lignes françaises), mais mesuré il est plus comme 16 1/2´´´.

Ultra 364:

La 364 possède un échappement à ancre, une petite trotteuse, un balancier monométallique à vis avec spiral plat, un remontage par couronne avec poussoir, 15 rubis, aucune protection anti-chocs et oscille à 18 000 A/h (alternances par heure).

D’ailleurs, ce mouvement a également été utilisé dans des montres de la marque Chronomètre Triomphe. Malheureusement, je n’ai pas pu savoir s’il s’agissait d’une marque Ultra ou s’ils n’achetaient des mouvements que chez Ultra.

Le deuxième mouvement, également répertorié dans le catalogue de 1933, ne porte que la désignation du calibre 18´´´, alors qu’il a en réalité un diamètre de 18 3/4´´´:

Ultra 18´´´:

Les similitudes visuelles avec l’Ultra 364 ne peuvent être négligées et les données techniques clés sont également largement identiques :
Petit trotteuse, balancier monométallique à vis avec spiral plat, remontage par couronne avec poussoir, 15 rubis, pas de protection anti-chocs, 18’000 A/h.

Un trait caractéristique est le bras régulateur incurvé, dont l’indication ne se trouve pas sur le coq de balancier comme d’habitude, mais sur le pont de rouage :

Le coq de balancier est poinçonné ULTRA, sur l’Ultra 364 présenté ci-dessus, il se trouve du côté du cadran.

Il est probable que les deux mouvements ont été développés et intégrés dans des montres de poche avant 1933, car le remontage par couronne avec des poussoirs n’était plus à la mode à cette époque.

Le troisième mouvement de montre de poche, l’Ultra 41, est illustré dans le catalogue Cétéhor de 1946. D’un diamètre de 18 1/2´´´ , il est à peine plus petit que le deuxième mouvement, mais présente des formes de pont beaucoup plus modernes.

Ultra 41:

Comme le mouvement présenté ci-dessus, il possède un balancier monométallique à vis, 15 rubis et aucune protection anti-chocs. Ici un spiral Breguet a été utilisé au lieu d’un spiral plat. Le mouvement est également doté du système plus moderne de remontage par couronne sans poussoir. Ce mouvement oscille également à 18 000 A/h.

Il s’agit de la montre de poche correspondante, mais le verre et le bord du verre sont manquants :

L’Ultra 41 a probablement été construit jusqu’à la fin des années 1950. Voici un certificat de contrôle de marche de la fin de 1951 :

L’Ultra 41 a été développé par Ultra en plusieurs étapes :

Ultra 410:

Le mouvement est poinçonné Ultra 410 sous le balancier, est plaqué or rouge et dispose d’une protection anti-choc Incabloc. Au lieu du spiral Breguet, un spiral plat a été utilisé ici aussi.

Ultra 420:

Outre la couleur argentée, l’Ultra 420 semble se distinguer de la 410 par une forme différente du coq de balancier ainsi que par une protection anti-choc différente. Ici, un anti-choc 102 est monté à la place de l’Incabloc.

Ultra 421:

 

Techniquement, je n’ai pas pu trouver de différences avec l’Ultra 420. Les différences optiques sont également assez marginales :

  • Ressort de tirette poli
  • Trou sur le côté du cadran autour de la pierre de la roue d’ancre. Probablement pour attacher un contre-pivot. En fait, la 421 semble également exister avec 17 rubis. En plus du contre-pivot mentionné, la roue de centre est alors vraisemblablement dotée d’un rubis côté pont.
  • Logo Ultra sous le balancier (comparez avec les photos en haut et en bas de cet article) :

[Source: http://patrimoine.bourgognefranchecomte.fr]

Les mouvements des montres-bracelets

Bien sûr, Ultra fabriquait aussi des mouvements de montres-bracelets. Le plus ancien semble être un mouvement à remontage manuel d’un diamètre de 10 1/2´´´ figurant dans le catalogue Geismar de 1933 susmentionné, qui n’a malheureusement pas de désignation de calibre plus précise. Le mouvement est également présenté dans le catalogue Cétéhor de 1946 et dans le catalogue Flume K1 de 1947.
Le mouvement est doté d’un échappement à ancre moderne, d’un remontage manuel, d’un balancier monométallique à vis, de 15 rubis, d’une petite trotteuse et doit se passer de protection anti-choc.

Ultra 10 1/2´´´:

L’Ultra 10 1/2´´´ présenté est installé dans cette montre :

L’Ultra 10 1/2´´´ est également disponible avec seconde centrale indirecte sous la dénomination Ultra 10 1/2 » SC :

Le deuxième mouvement de montre-bracelet, l’Ultra 602, a été développé vers 1950 (1947 ?). Elle a également 10 1/2´´´, un remontage manuel, un balancier monométallique à vis, 15 rubis et une petite trotteuse. Les tout premiers modèles n’ont pas de protection anti-chocs, les plus récents ont un Incabloc.

Ultra 602:

Les mouvements sont souvent étiquetés ULTRA 602 sous le balancier. Les trois surfaces d’appui du côté du cadran qui dépassent du bord du mouvement sont inhabituelles dans ce mouvement.

La photo suivante montre la montre appartenant au 602 illustré :

En raison de la dédicace de la Saarbergwerke (Mines de la Sarre) sur la couverture inférieure, il peut être daté de 1955. Plaquée or et d’un diamètre de 34,5 mm, la montre est un représentant typique de son époque ! Le couvercle inférieur, qui se visse avec un anneau supplémentaire, est atypique. Certains d’entre vous sont peut-être familiers avec les montres de plongée russes.

Il existe également une version de l’Ultra 602 avec une date, l’Ultra 606 :

Je n’ai pu l’identifier que par l’inscription Ultra 606 calendrier sur le cadran, car il n’est répertorié dans aucun chercheur de mouvement que je connaisse.

La commutation de date est très simplement construite. Un doigt sur la roue des heures entraîne une roue de date en forme d’étoile toutes les douze heures. Elle présente une alternance de branches courtes et longues. Le doigt fait avancer les deux versions des branches, mais seules les longues branches font avancer la roue de la date toutes les 24 heures.

Le deuxième mouvement Ultra avec seconde centrale (indirecte) était l’Ultra 702.

Ces mouvements, bien que poinçonnés 602 sous le balancier, sont immédiatement reconnaissables à leur seconde indirecte.

Avant d’aborder le point fort du développement du mouvement Ultra, jetons un coup d’œil à l’Ultra 904. La plus ancienne référence que j’ai pu trouver à ce mouvement se trouve dans le catalogue Flume K1 dans la section de 1957.

Ultra 904:

Il a un diamètre de 10 1/2´´´, 17 rubis et une seconde centrale directe. L’Ultra 904 présente quelques similitudes visuelles avec le Parrenin 90 français, mais ne lui est pas identique.

L’Ultra 904 est également disponible avec une date (vue dans une Ultra Prestige Calendrier).

L’Ultra Superautomatic

Passons maintenant aux points forts des mouvements Ultra, à savoir les mouvements automatiques Ultra 603 et Ultra 703. Ultra a en fait développé le premier mouvement automatique français vers 1950 ! Il s’agissait d’un module qui pouvait être monté sur les mouvements de base 602 ou 702.

Les mouvements automatiques de l’Ultra ont été intégrés dans la Superautomatic. Ils sont assez rares aujourd’hui et les mouvements sont souvent en mauvais état.

Malheureusement, il manque à mon exemplaire d’un Ultra 603 le rotor de l’automatique :

Un ami horloger m’a envoyé une photo de son mouvement avec le rotor :

[Source: JackDaniels83]

Le module automatique est glissé sur le mouvement par l’arrière et fixé sur le côté par une vis. Il élargit le mouvement de 10 1/2´´´ à environ 13 1/2´´´ de diamètre et ajoute quatre rubis supplémentaires, de sorte que l’Ultra 603 compte 19 rubis. L’intérieur du module automatique est intéressant :

Le mécanisme de remontage, qui s’effectue dans les deux sens, est basé sur le même principe que le célèbre mécanisme de remontage Magic Lever de Seiko, une variante du mécanisme de remontage Pellaton d’IWC. Cependant, le levier magique de Seiko n’est apparu sur le marché qu’en 1959 ! Un excentrique entraîné par le rotor (au centre de l’image) déplace un chariot dont les deux cliquets à ressort entraînent la roue d’armage en haut de l’image (tantôt un cliquet, tantôt l’autre, selon le sens de rotation).

Le pignon de la roue d’armage s’engage à son tour dans le rochet du mouvement de base et enroule ainsi le ressort. À cette fin, le rochet est construite beaucoup plus haut que sur la 602 normale. Malheureusement, Ultra n’a pas utilisé de ressort automatique avec une bride coulissante dans la conception et a installé à la place un accouplement à friction fait de plaques de cuivre entre la roue d’armage et l’arbre de barillet (voir l’image ci-dessous) pour éviter que le ressort ne soit surchargé. Malheureusement, ce accouplement à friction a tendance à glisser trop rapidement après un court laps de temps. Dans ce cas, le mouvement du rotor ne permet pas de constituer une réserve de marche suffisante.

Dès 1958, Ultra a accordé une licence pour le module automatique au fabricant japonais Citizen, qui l’a utilisé pour équiper son premier mouvement automatique, le Citizen 3KA.

Addendum :
Quelques semaines après la publication de cet article, j’ai pu mettre la main sur un autre exemplaire du Superautomatic, qui heureusement fonctionne toujours :

Sur ce spécimen, le cadran indique simplement Automatic au lieu de Superautomatic. Et l’inscription sur le rotor indique que le mouvement compte 17 rubis. En fait, il contient 19 rubis, tout comme le mouvement présenté ci-dessus. Je me demande quelle était la raison de cette sous-estimation.

Gérard Langel

Le cerveau derrière le développement du module automatique était Gérard Langel, qui figure comme inventeur dans les brevets correspondants :

  • FR62801 (France) de 1950
  • CH290359 (Suisse) de 1951
  • DE875629 (Allemagne) de 1951
  • GB703362 (Grande-Bretagne) de 1951
  • US2696073 (USA) de 1951

Pendant longtemps, je n’ai presque rien trouvé sur Gérard Langel jusqu’à ce que je découvre par hasard ce livre ancien dans lequel il nous a laissé sa biographie en 1985 (« Ma vie professionnelle ou le plaisir de créer ») :

Langel est né le 21.02.1911 à Courtelary, Suisse. Ayant travaillé auparavant chez LIP, il rejoint Ultra en 1945 et devient même associé de l’entreprise en 1947.

Gérard Langel 1932

Dans un premier temps, cependant, Langel et ses collègues se sont occupés de reconstruire la production de montres et de mouvements après la guerre, notamment avec la difficile acquisition des machines nécessaires. Durant cette période de transition, selon Langel, des calibres des manufactures Jeambrun (9 3/4´´´) et Cupillard (10 1/2´´´) ont d’abord été intégrés aux montres.

Gérard Langel (probablement à gauche) et son frère Roger (vers 1975 ?)

Malheureusement, on trouve très peu d’informations sur le développement du module automatique dans sa biographie. L’idée du module lui est venue parce qu’un nouveau développement d’un mouvement entier aurait été trop coûteux. Langel indique qu’Ultra a développé un mouvement portant la désignation de calibre 233 avec 10 1/2´´´, qui était disponible avec une petite trotteuse et une seconde centrale indirecte. Ce mouvement a été livré à partir de 1947. Ce calibre 233 était à nouveau le mouvement de base du module automatique. 233 était-il le nom de travail des calibres ultérieurs 602 ou 702 ?
Au début, j’ai pensé qu’il s’agissait d’une erreur dans la biographie, car il existait également un calibre 233 avec 10 1/2´´´ par Cupillard et Ultra utilisait des mouvements Cupillard. J’ai ensuite trouvé un indice d’une relation entre les calibres 233 et 602 sous la forme de ce livret de pièces détachées avec des axes de balancier :

Gérard Langel a également commencé à développer un mouvement de forme portant la désignation 15 x 24 (vraisemblablement des millimètres) chez Ultra. Il n’a cependant jamais été produit, car Langel a quitté Ultra après un changement de copropriétaires et des conflits avec les nouveaux propriétaires. En 1951, il fonde sa propre société, CRYLA, pour produire le calibre 15 x 24. Malheureusement, je ne sais pas ce qu’il est advenu de ce plan. CRYLA existe toujours aujourd’hui, mais la famille Langel n’en est plus propriétaire depuis longtemps.

Mouvements d’autres fabricants

Par la suite, Ultra a utilisé non seulement ses propres mouvements, mais aussi des mouvements d’autres fabricants. En particulier, toutes les montres pour dames ont des mouvements provenant d’autres fabricants, car Ultra ne fabriquait pas de petits mouvements. Ultra a même donné à certains mouvements d’autres fabricants leur propre désignation de calibre :

  • Ultra 514 = FHF 75 (5 3/4 x 8 1/2´´´)
  • Ultra 902 = Felsa 465 (11 1/2´´´)

Ultra et Citroën

Qu’est devenue la société Ultra par la suite ?
Au meilleur moment, l’entreprise aurait compté environ 180 employés sur les deux sites (une autre source mentionne le chiffre de 250). En 1963, Ultra a réussi à être sélectionné comme fournisseur de l’horloge de bord pour les modèles de voitures futuristes Citroën DS 19 et ID 19.

Plus tard, en collaboration avec la société E.D. Veglia, ces horloges ont également été installées dans d’autres modèles Citroën et Peugeot. Malheureusement, je n’ai rien pu trouver sur le fonctionnement interne de ces horloges.

Déclin et renaissance

En raison du faible développement économique des années 1970 et des conflits au sein de la famille propriétaire, la société a fait faillite en 1969 et a finalement été dissoute en 1972.

Une bonne quarantaine d’années plus tard, la marque a été relancée par un entrepreneur en 2015. La seule adresse Internet de la société se trouve à Hong Kong [Ultra (Asia logistics) Unit 3, 4/F, B1, Yau Tong Industrial City, 17 Ko Fai Road, Yau Tong, Hong Kong].

La société vend certains modèles Ultra Superautomatic avec un mouvement appelé Ultra 803. Bien sûr, ces mouvements n’ont rien à voir avec les anciens modules automatiques. Il s’agit de mouvements japonais Seiko Sii NH15.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.